La pratique du Taiji quan

Les exercices de base, exécutés en préalable à toute pratique ont un rôle d’échauffement, d’assouplissement, d’enracinement, contribuant à développer équilibre, coordination, respiration et force interne. Ils procèdent également à une sorte de rituel qui permet aux pratiquants d’entrer progressivement en phase avec la discipline.

L’enchaînement est une suite de mouvements réalisés lentement, en accord avec la respiration, visant à atteindre la maîtrise du souffle et l’harmonisation de l’ensemble du corps. Ces mouvements ont tous une signification martiale.

Les applications techniques – Yongfa – consistent à mettre en pratique, avec un partenaire, les mouvements de l’enchaînement selon des préceptes précis et des méthodes de transformation du geste.

La poussée des mains – Tui shou – est une fine application des principes du Taiji quan. Une vingtaine d’exercices préparent à cette pratique qui recourt à l’écoute, à l’intention, à l’énergie interne, suivant les principes du yin et du yang, du vide et du plein.

La méditation taoïste – Neigong – est un travail interne utilisant la pensée « yi » pour faire circuler l’énergie dans le corps, aboutissant ainsi à des effets bénéfiques sur la santé et sur les facultés mentales.

Les armes sont représentées par l’éventail, l’épée, la perche selon l’enseignement de Maître Wang Yen-nien. Le sabre, le bâton ainsi que d’autres armes ont été introduits par des enseignants pour enrichir le style. La pratique de ces armes se fait selon l’esprit du Taiji quan, avec des mouvements circulaires, en accord avec la respiration, en mettant l’accent sur la sensation du « qi ». Les principes fondamentaux du Taiji quan sont respectés et mis en valeur dans la pratique à deux.


Comments are closed.